LA PREVENTION DES ESCARRES

definition :

une escarre se definit comme une necrose ischemique des tissus comprise entre le plan du support sue lequel repose le sujet et le plan osseux. la constitution d'une escarre peut se constituer en quelques heures.
donc toute personne presentant un risque d'escarres doit etre pris en charge globalement ce qui implique un travail d'equipe n'exclant pas la participation du patient et de son entourage.

epidemiologie :

moyenne d'age survenue a 75 ans
le stade 1 represente la moitié des escarres (rougeurs)
plus d'une escaarre sur deux se constitue durant l'hospitalisation
les localisations les plus frequentes sont les talons et le sacrum
le traitement de l'escarre constitué est long et douloureux pour le patient et pour la societe par son cout elevé

LEGISLATION

dans l'article R.4311-5.22, du decret 2004-202 du 29/07/04, dans le cadre de son role propre, l'infiremier accomplit la prevention et les soins d'escarres en collaboration avec les aides-soignants

LOCALISATION DES ESCARRES

Decubitus dorsal : talon, sacrum, coudes, omoplates, arriere de la tete ( occiput )
decubitul lateral : maleoles externes et internes, genoux (condyles) medians et lateraux, grand trochanter, cotés, acromion, oreilles,...
decubitus ventral : orteils, genoux, organes genitaux ( homme), seins, sternum, acromion, joue, oreille
postion assise : ischions, pieds, sacrum, omoplates
position demi-assise : occiput, omoplates, coudes, ischions, talons

PROCESSUS DE FORMATION DE L'ESCARRE

La constitution d'une escarre est favorisée par des facteurs mécaniques ( extra-insec) et des facteurs de risques cliniques ( intra-insec )

facteurs mecaniques
copression prolongée : force perpendiculaire s'exercant sur une surface restreinte des tissus vivants
scisaillements ou etirements : faces paralleles ou obliques par rapport au support (patient qui glisse au fauteuil, mauvaises manoevres de rehaussement,...)
frictions ou frottement :
forces s'exercant entre deux surfaces se mobilisant l'une sur l'autre
maceration : la maceration est liee a une incontinence ou hyperthermie

FACTEURS CLINIQUES

alteration de la mobilité et de la sensibilité : affections neurologiques, rhumatologiques, traumatologiques,...
pathologies vasculaires : hypotension arterielle en reanimation et en geriatrie par hypoperfusion du territoire et artheriotherapie ainsi que l'anemie par le manque de transport de l'oxygene.
maladies generales : comme le diabete, etat infectieux, baisse de l'etat general ou fin de vie.
denutrition proteino-energetique : denutrition, anorexie,...
incontinence sphyncterienne
l'etat du revetement cutané : alteration du collagene,..;
alteration de la conscience : qui empeche le patient a se mobiliser
l'age : par rapport aux pathologies associées a l'age

LE ROLE DES SOIGNANTS

HYGIENE CORPORELLE ET CONFORT

maintenir une exellement hygiene pour eviter la maceration, un change regulier de la literie.
eviter les plis dans le lit et les objets divers pouvvant entrainer une compression.
pour les patients qui se souillent, faire des changes plus souvent au besoin, proteger les zones exposées avec des hydrocolloides.

ACTIONS

F L A M M E E.

Faire attention aux risques d'atteinte cutanée du patient : utiliser une echelle de risques. il en existe plusieurs, chaque etablisssemnt fait un choix adaptéé a sa clientelle

Locomotion : favoriser le ... et la .....

Alimentation : Favoriser l'apport de proteines (poissons, viandes,laitages,...) surveiller l'apport alimentaire par une feullie de surveillance, voir avec la dieteticienne pour nutriments hyperproteinés en supplement d'une ration alimentaire trop faible.
favoriser l'hydratation, 1litre au besoin utiliser l'eau gelifiée, eviter la diarrhée ou constipation.

Materiel : Les .... ou ...... matelas speciaux visent a diminuer les pressions et donc a les soulager.
ils seront installés des qu'il y a risque. respectezr les consignes d'utilisation du materiel. ils sont munis d'alezes speciales utiles a leur efficacité

Mobilisation : changer les positions du patient, alterner decubitus dorsal, decubitus lateral , ventral, position assise ou demi-assise.
a l'aide de coussins de confort toutes les 2 a 3 heures.
surveilance par feuille de changement de position
demander au patient de changer ses postions si il le peut
changer les points de pression a l'aide de coussins
ne pas engendrer de lesions de positions ( eviter les attitudes viscieuses)
pose de protection sur les zones de risque ( appuii, frottement,...)
controler la compression par rampes, tubulures, sondes viserales,...
protection des zones de friction par des hydrocolloides transparents pour assurer la surveillance
installer un arceau pour eviter le poids des couvertures
maintenir la tete du lit le plus bas possible pour repartir le poids du corps sur toute la surface
remonter la personne dans le lit en la soulevant
eviter les marche-pieds trop hauts en position assise.

Effleurage : observer l'etat de la peau
si rougeur, tester ( si elle disparait : role AS )
effleurer sur zone saine aux points d'appui de la position precedente
effleurer doucement et lentement avec la paume de la main avec un produit gras non agressif.
au minimum une fois par equipe, maximum toutes les deux a trois heures si gros risques

Evaluation : evaluer regulierement l'...... de l'ensemble des actions ( une fois par semaine) et ........

PROSCRIRE :
les petrissages, l'utilisation du chaud et du froid, l'application de produits autres que huile de soins, les prelevements a la recherche d'un germe.


4 votes. Moyenne 1.75 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×